Le plus grand risque est de ne pas prendre de risque, même dans la vie privée. Entreprendre, c'est vivre. Et Entreprendre on connait sur Moralotop !

L’optimisme passe pour être la spécialité des béni-oui-oui et de ceux pour qui il fait toujours beau.
D’où, parfois, des dialogues de ce type :

Ah bon, vous êtes optimiste, vous, avec tout ce qu’on voit… c’est dingue ça.
–  Oui, justement, malgré les évènements, j’ai foi en l’avenir.
Foi en l’avenir… pfff… foi en l’avenir… franchement, y’en a des gratinés

Puis cette personne s’en va effarée par le Martien qu’elle vient de rencontrer et s’éloigne, tête basse, en marmonnant : optimiste, incroyable ça.. un optimiste… pfff… de doux rêveurs.

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HudryCette image peu flatteuse colle donc aux optimistes comme un sparadrap aux doigts du Capitaine Haddock (allusion réservée aux lecteurs de Tintin).

 

Sur Moralotop, des tas de solutions (pertinentes) aux problèmes privés et professionnels.
Pourtant, la réalité est différente, en voici un exemple concret : (Cliquez sur la flèche pour écouter l’interview, réalisée par l’agence Moustic).

 

 

Transcription de l’interview :

Bonjour Jean-Luc Hudry, vous êtes l’auteur de Craquer ou pas? L’incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre . Optimiste convaincu, qu’est-ce qui vous a donné envie de participer au Printemps de l’Optimisme dès sa première édition, et quel souvenir vous en gardez ?

L’envie de rencontrer de drôles d’oiseaux que sont les optimistes dont on dit à tort qu’ils sont les ravis de la crèche, un peu benêts, un peu naïfs, et l’envie aussi peut-être de voir si des gens qui étaient pessimistes viendraient à cette manifestation.

Et de manière générale si je suis venu c’est parce qu’une approche pessimiste m’aurait conduit à ne pas venir justement et que j’aime tout ce qui est constructif.

J’en garde donc un très bon souvenir.
C’est un peu comme une famille qui se réunit, et quand une famille se réunit, elle a des points communs et c’était génial de constater que tous ces gens sont repartis avec de l’enthousiasme.

Qu’est-ce que l’optimisme pour vous et qu’est-ce qu’une personne optimiste ?

L’optimisme c’est la certitude que quels que soient les événements de votre vie, rien ni personne ne peut vous empêcher de mobiliser le meilleur en vous.
Quelles que soient les circonstances de votre vie vous êtes maître des événements et vous n’êtes pas maîtrisé par les événements.

Pour moi, c’est cela l’optimisme, aller chercher au fond de soi ce qu’il y a de meilleur pour vous mobiliser, pour agir, là où vous avez une marge de manœuvre et là-dessus il n’y a aucune espèce de circonstance exceptionnelle qui peut vous en empêcher.

C’est ça l’optimisme.

Vous, est-ce que vous êtes naturellement optimiste ou est-ce que vous vous y êtes converti ?

Je n’étais pas naturellement optimiste, loin de là. Mais un jour ma vie a basculé pour une raison familiale, un drame s’est produit et j’ai hérité de 25 années de problèmes.
Et Miss Catastrophe, la petite voix insidieuse qui vous dit que vous n’y arriverez pas, que vous allez vous casser la figure m’a harcelé continuellement, jour et nuit, du matin au soir, partout, dans mon lit, au bureau.

Et un soir, j’étais tellement submergé de problèmes qu’elle a failli me faire faire un geste irréparable, c’est-à-dire que j’ai failli en finir de la vie, tellement j’étais dans le pessimisme.

Et ce sont mes valeurs, dont l’optimisme, qui m’ont sorti de là en me disant :
Eh, tu ne te rends pas compte, tu vas laisser l’adversité prendre le dessus sur toi. Tu vas laisser l’adversité retirer ta vie alors que tu as plein de choses à faire, que tu as déjà fait plein de choses, que tu as plein de gens qui t’aiment et que tu aimes, toi aussi, plein de gens. Non, sois optimiste, retrousse-toi les manches.

Je suis donc reparti à la bataille.

J’ai obtenu des succès auxquels personne ne croyait, même tous les gens qui me soutenaient.
C’est dire que l’optimisme pour moi n’est pas un concept fumeux ou un peu ésotérique.

C’est vraiment du vécu.

Selon vous, quels sont les gestes du quotidien qui peuvent nous permettre de déclencher l’optimisme ?

Eh bien quand je prends mon café le matin, je fais le tour du propriétaire, c’est-à-dire que je fais le tour de moi-même et je me dis, voyons tu as ça, ça et ça… pas seulement sur le plan matériel, tu as des amis, tu as une santé, tu as des capacités, mobilise-les.

Assieds-toi sur ce que tu as pour aller chercher ce que tu n’as pas.

Quand je fais le tour du propriétaire le matin en buvant mon café, je repars, là encore, comme une fusée. Parce que j’ai envie, envie d’avoir envie et envie d’agir sur les choses.

Quelles sont selon vous les personnes qui incarnent le mieux l’optimisme ?

Les personnalités ou les gens tout simplement qui font le pas de plus dans leur vie.

Si vous avez reçu peu de la vie, faites un pas de plus quand même.

Si vous avez reçu beaucoup, tant mieux pour vous, faites le pas de plus aussi.

Si bien que dans les deux cas vous vivez par vous-même et non pas par le fruit des circonstances.

Et pour moi c’est ça la véritable définition des gens optimistes.

Merci Jean-Luc.
Merci.

Et maintenant

 

Dans un contexte morose (pour le moins) où les questionnements personnels et collectifs se rejoignent dans l’inquiétude et la peur du lendemain, il convient de réagir.

Je vous invite à participer à la seconde édition du Printemps de l’Optimisme créé par Thierry Saussez.

Printemps de l'Optimisme 2015
Vos problèmes ne disparaîtront pas comme par enchantement, mais vous évoluerez avec des milliers de personnes, désireuses de bouger, de construire, de passer du BDPP – Bureau des plaintes et pleurs – au BDDR – Bureau des discours responsables – (2 appellations maison !).

Croyez-moi, constater de visu que l’union fait la force, que l’énergie des uns met en marche celle des autres et que rien de réaliste n’est impossible à qui le décide, bref, tout ça vous propulse.

C’est pourquoi, en un mot comme en mille :

Le 21 mars
Participez au Printemps de l’Optimisme !

Entrée gratuite sur inscription

Invitez vos proches, vos collègues et collaborateurs, et même votre arrière grand-mère (si encore « en stock »), invitez qui vous voulez mais prenez les choses en main.

Une chose est certaine, j’y serai, notamment pour une :

Conférence Samedi 21 mars à 14 heures :
Ne vous préoccupez-pas de vos problèmes.
Occupez-vous en !

 

Dédicace de 13h à 14h et de 15h à 16h du livre

Craquer ou pas ? L’incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre

Retenez ce 21 mars 2015 sur vos tablettes  !
Retrouvons-nous pour un bon moment de partage.

Inscrivez-vous !

Relayez l’info sur les réseaux ci-dessous, merci.

 

Retrouvez-moi ici