Destresser_Prive

Je vous ai compris !
Pourquoi cette célèbre citation (De Gaulle) ?

Je ne me lance pas dans la politique.
Encore que j’aurais deux trois bricoles à dire.
Passons… 🙂

Je vous ai compris car vos réactions au premier article, Objectif… quel objectif ? sont nombreuses.
Et instructives.

separateur_Destresser-01

Il y a :

  • Ceux qui adhèrent au raisonnement ainsi résumé.

Vous ne visez qu’un véritable objectif de vie : être heureux.
Cet objectif supplante tous les autres.

Ainsi, tout ce que vous visez, entreprenez, obtenez, ne sont que des objectifs et cibles intermédiaires, secondaires.

Qui, certes, concourent à votre bien être.
Mais de manière partielle et provisoire.

Ils ne méritent donc ni l’importance que vous leur attachez.

Ni le stress et les tourments qu’ils engendrent souvent..

Et il y a :

  • ceux qui lient leur bonheur à l’atteinte de leurs objectifs professionnels ou personnels.

Exemples :

Quand j’aurai un conjoint, des enfants, une situation…
Quand j’aurai un logement, de l’argent, un corps de rêve, alors, un jour, je serai heureux.

Logique.
Mais cela se discute bigrement.

La preuve ?

Imaginez, on vous dit :

A partir de ce jour :

• Aucune préoccupation ni inquiétude d’aucune sorte ne vous visitera plus.

• Aucun problème, aucune peine, aucun regret ne viendra plus vous importuner.

• Fini vos questionnements sur votre santé, job, progéniture, portefeuille.

En effet, imaginez, désormais, vous êtes HEU-REUX.

Avec un moral au top 24 heures sur 24, toute l’année.

Waouuuhhh… cela ressemble au Nirvana, non ?

Qui ne voudrait y goûter ?

Miracle, vous vivez complètement, totalement satisfait et HEU-REUX.
Et pourtant vous vivez au milieu des évènements de votre vie.
Certains favorables, d’autres non.

Rendez-vous compte :

Rien ne vous affecte.
Plus besoin de reconnaissance.
Plus besoin de paraître important.

Plus besoin d’atteindre ses objectifs puisque le seul qui compte, votre bien être, est déjà atteint !

separateur_Destresser-01

MAIS ALORS…

Si vous parvenez à vivre heureux en dépit des aléas de votre existence, c’est bien :

• Que vos objectifs professionnels et personnels ne FONT PAS votre bonheur.

• Qu’ils ne sont que des étapes, des moments de votre histoire.

Des objectifs secondaires et rien de plus.

 separateur_Destresser-01

MAIS ALORS (bis)…

Faut-il « laisser tomber » ces objectifs intermédiaires ?

Non bien sûr, ils sont votre quotidien.

Accordez-leur tout le prix qu’ils méritent.

De l’attention.
De l’engagement.

Je le fais moi-même avec, disons, une certaine… intensité.

Mais replacez-les dans le contexte de votre existence

separateur_Destresser-01

 Vos objectifs intermédiaires sont des moyens.

Des véhicules, qui vous apportent des satisfactions provisoires et à court terme.

Exemple :

Vous rêvez d’amour, d’un job, d’une voiture, d’une maison.
Bravo, vous l’obtenez.

Que va-t-il se passer ?

Au bout d’un temps, cet acquis vous paraitra tellement normal,
tellement ancré dans vos habitudes
qu’il ne vous rendra plus aussi heureux qu’au début.

Vous vous focaliserez davantage sur ses inconvénients.
Et, désormais moins heureux, vous ne penserez plus qu’à le redevenir complètement.

Alors vous voudrez une autre voiture, un autre poste, une maison plus ceci ou plus cela.
Vous créant ainsi de nouvelles insatisfactions.

 Impossible dans ces conditions d’être vraiment heureux.

D’où ces recommandations concluant ces deux articles :

 

solutions1) Ne liez votre bonheur ni aux conditions extérieures ni à vos objectifs et cibles.

il y aura toujours quelque chose pour les contrarier.

Quand j’aurai vendu, quand je serai promu quand… quand… alors je serai heureux.
Non !
Ce n’est pas quand vous aurez enfin votre canari que vous serez serein (elle est fine…:))

 

solutions

2) N’attendez pas que toutes les conditions de votre bonheur soient réunies : elles ne le seront jamais.

Votre objectif de vie, votre cible ultime est « d’être bien ».

C’est lui qui vous fait sortir de la couette le matin et non l’objectif du moment – par ailleurs stimulant – de conquérir Sylvaine, ou Oscar.

Aucun de vos objectifs intermédiaires ne peut complètement satisfaire votre but principal : une vie heureuse.
D’autant qu’ils peuvent changer en cours de route.

Exemple : vous visiez le coeur de Sylvaine (ou Oscar) et en faisiez un élément clé de votre bonheur…

Or vous atterrissez dans les bras de Clarisse (ou Pascal) et cela vous comble.

Votre bonheur n’était donc pas là où vous le placiez.

 

solutions3) Distinguez votre objectif fondamental de tous les autres.

 

Et finalement :

Votre bonheur n’est pas la récompense de vos efforts.

Il n’est pas non plus, l’addition d’objectifs atteints.

Votre bonheur est un ÉTAT D’ESPRIT.

Qui ne dépend QUE de vous.

Car si vous ne pouvez pas peser sur les évènements, vous pouvez peser sur ce que vous PENSEZ des évènements.

Tout est là !

 Justement, qu’en pensez-vous, chers lecteurs ?

 Avez-vous bien identifié votre objectif véritable ?

Partagez cet article en cliquant ci dessous sur votre réseau favori, merci !

separateur_Destresser-01

 Conférences, Livres, Ateliers, Coaching : retrouvez-moi ici

Pour ne rien rater des nouveautés Moralotop,

Inscrivez-vous ici (gratuit) et recevez votre cadeau 🙂