Actu

 

L’autre soir, j’ai participé à la nuit de l’optimisme.

Une histoire m’a frappé :

Quelqu’un demande au rédacteur en chef d’un célèbre quotidien : pourquoi parlez-vous toujours de catastrophes, de mauvaises nouvelles ?
Pourquoi n’êtes-vous jamais optimiste ?

Réponse de cet éminent journaliste : On n’est pas là pour ça, on ne va quand même pas débiter des bonnes nouvelles, le train qui arrive à l’heure n’est pas intéressant.

Étonné, son interlocuteur le relance : Et si on tentait une expérience, en mettant l’optimisme à l’honneur, en quelques pages, juste une fois ?

Réponse argumentée : Bof... mouais…

Puis renforçant son propos (bonne idée), le journaliste ajoute : Ou alors ok mais vous ferez ça pendant les vacances de Noël, avec les pigistes quand « nous »  (entendez, les « vrais »  journalistes) seront en vacances.

Ces pages optimistes furent composées.

Dans un style qui tranche avec la ligne éditoriale et le ton de ce fameux quotidien.

Résultat :  meilleure vente de l’année !

Pas mal pour ce qui ne devait intéresser personne…

L’optimisme star des ventes…

seul un pessimiste le croyait impossible.

Ravi, le journal reconduit « l’expérience » en 2014.

Il proposera à nouveau à ses lecteurs un cocktail de bonnes nouvelles… après tout, elle existent aussi.

Retenez ceci.

Points_clesPessimisme et optimisme sont deux illusions.

Mais où le pessimiste raisonne problème
l’optimiste raisonne solution.

L’un freine, l’autre propulse.

 

Chacun a ses périodes de doute.

Mieux, vous avez le droit de douter.

Mais il y a deux façons d’en sortir :

  • douter encore plus, indéfiniment, refaire le monde, y compris votre existence et voir la prochaine tuile qui va vous tomber sur le coin du museau… sans parler de la suivante.
  • s’appuyer sur vos doutes pour réfléchir, faire le point, changer ce qui doit l’être, croire en l’avenir et agir pour que votre réalité devienne celle que vous souhaitez.

J’ai choisi mon camp.

Et suis donc pour un optimisme réfléchi, raisonné, et même pour une certaine dose de pessimisme lorsqu’il permet d’alerter et de remettre sur le bon chemin.

Car les choses ne sont jamais binaires, entièrement blanches ou noires.

D’ailleurs, ne dit-on pas que optimisme et pessimisme sont nécessaires puisque :

L’ optimiste invente l’avion.

Le pessimiste invente le parachute.  (Jolie… chute !)

Convenez que les deux sont utiles.

Au final, une attitude optimiste vous conduira toujours plus loin que le contraire.

Et votre voyage sera bien plus agréable, n’est-ce pas tentant ?

Soyez donc optimiste.

Non par principe ou béatitude gentillette, façon « tout est magnifique » mais simplement parce que vous êtes convaincu d’une autre élément décisif :

 

Points_cles

L’optimiste sait qu’il influence les choses.

Et donc sa vie.

C’est pourquoi il est ancré dans l’action.

Oh, certes, il se trompe.

Il se trompe mais ses bêtises, erreurs, échecs, deviennent des expériences qu’il engrange comme un écureuil engrange de la nourriture.

Alors, miracle de l’optimisme, parmi toutes ces bévues, ces erreurs qu’il comment, il lui arrive, aussi, de réaliser de belles choses.

De très belles choses, de plus en plus de belles choses.

 Il y a simplement cru
et fait ce qu’il fallait pour qu’elles se produisent.

Rien d’idyllique dans ce propos, juste des faits, des attitudes et comportements positifs.

Au sens de constructifs.

 

J’ai toujours fonctionné comme ça et ne suis pas prêt de changer de crèmerie.

Puis-je donc vous recommander de placer l’optimisme comme ingrédient majeur de votre bien être et de vos réalisations ?

Vivement la prochaine Nuit de l’Optimisme.

Décidément, l’optimisme ne nuit pas !

Et maintenant

 

Voyons les choses de vôtre côté.

Pensez à vos comportements face aux problèmes de la vie.

Examinez vos croyances, vos pensées, vos actes quotidiens.

Finalement, qu’en pensez-vous :

L’optimisme fait-il partie de votre personnalité ?

 Merci pour votre inaltérable fidélité.

Une communauté comme ça… on en redemande ! 

Répandez l’optimisme : un petit clic sur les réseaux ci-dessous sera apprécié, merci.

Retrouvez-moi aussi ici