article_inviteVous avez aimé Mon ado ne veut pas grandir… voici  la suite !

Pour la cohérence du propos, il était préférable de publier les deux articles d’Anne Stepourenko dans le prolongement l’un de l’autre.

Elle vous propose trois jeux : lequel vous convient le mieux ?

A très vite pour la suite, chers lecteurs, Moralotop 2 va bientôt montrer le bout de son museau… la relecture du livre s’est achevée… hier !

 

Mon ado ne veut pas grandir…

Des solutions ?

 

Marc et Sophie, vous tous vaillants parents, ne baissez pas les bras ! Les adultes, c’est vous ! Oui, certes, mais par quoi commencer ?

Il subsiste peut-être en vous une impression que votre ado, comme Julia, a pris des habitudes à votre insu et que ce sera difficile d’effacer les mauvais plis.

Que pouvons-nous donc conseiller comme solutions à Marc et Sophie pour apaiser leurs craintes ?

1)  Tout d’abord : observer Julia.

Cette jeune fille refuse de grandir, elle préfère se sentir protégée par le cocon familial.

Qui pourrait la blâmer ?

La tendre affection de ses parents, l’écoute et la disponibilité dont ils font preuve, leur présence aidante et chaleureuse n’ont pas habitué Julia à prendre des initiatives !

 

Il semblerait que les enfants élevés par des parents préoccupés, absents ou malades développent des comportements responsables et protecteurs ! C’est un paradoxe…

Ah ça alors ! Devrait-on négliger ses enfants et entretenir une ambiance de malaise à la maison pour inciter à la vigilance et préparer son ado aux vicissitudes du monde extérieur ?

Non, bien entendu, sombrer dans l’excès inverse n’apporte pas la solution !

 

Rappelons-nous que les ados ne sont plus tout à fait des enfants, mais ils ne sont pas encore des adultes.

Ils acquièrent peu à peu les notions abstraites et la notion du temps qui passe.

Leur cerveau est en phase de terminer son développement.

Ils naviguent entre le réel et l’imagination.

Pas encore très très nettes les frontières entre ces deux mondes !

C’est important de le souligner pour comprendre ce qui se passe :

D’un seul coup, alors que les obstacles qui se dressaient devant lui semblaient surmontables, l’ado  doit affronter un paysage inconnu revêtu de pièges et d’espaces inexplorés.

Heu, dites… on ne l’avait pas prévenu !!

Voyons donc quelles sont les représentations de la situation pour l’ado.

 

Quelle image se fait-il de l’action à entreprendre ?

Oui, des images… parce que si votre ado a peur, il n’est plus attentif aux mots ni aux explications !

Par exemple il dira : c’est comme un trou noir… ou une montagne à franchir… ou comme si des bandits m’attendaient au coin d’un bois touffu… etc…

Une personne qui a peur se fait des films. Profitons-en !

Une fois l’image bien décrite, rien de plus simple que d’enrichir le scénario en rajoutant dans l’image  de la lumière… ou un ascenseur… ou un shérif…

 

Et chez les autres, c’est comment ?

Tous les ados se réfèrent aux copains et copines : pour s’habiller, écouter de la musique, jouer… Ah tiens, encore un réflexe à exploiter : faire comme si…

Justement, Julia n’est pas sotte ! Elle a repéré que les autres ont de l’audace et pas elle, voilà qui ne la rassure pas du tout.

Évidemment puisqu’elle constate le résultat !

Et si elle copiait ce que fait sa copine avant de se lancer ?

Comme les ouvriers reprenaient les gestes de leur maître artisan pour bien apprendre le métier !

Et si elle imaginait l’attitude idéale ? Comme les basketteurs ! Ils imaginent qu’ils sautent jusqu’à toucher le plafond et ils améliorent leur performance.

 

Quel conseil elle donnerait à une copine qui serait dans son cas ?

Tant qu’à jouer avec son imagination, pour quoi ne pas conseiller les autres ?

Quelles idées votre ado donnerait à une amie dans le même cas ?

A petits coups de Yaka Taka…! Et même Harry Potter a débuté un beau jour dans l’art de manier la baguette magique !

 

Bon on a un peu avancé : prenez une bonne inspiration… soufflez…

La respiration joue aussi un grand rôle dans la confiance en soi. Apprendre à son ado à respirer…

Pas gagné !

Souvent, ils considèrent tous ces trucs comme des accessoires inutiles… sauf s’ils s’aperçoivent que ça les aide.

Tout est dans l’art de le proposer sans en avoir l’air…

 

 2) Dans un second temps, c’est vous qui prenez la main, parents avisés.
Je vous propose 3 jeux :

– Le Parent du Futur

– Le Jackpot !

– Le passage secret…

Angoisse et refus n’ont qu’à bien se tenir ! Marc et Sophie passent à l’offensive. Vous aussi !

Ils ont bien compris : Julia veut rester petite, elle réclame de l’attention et une présence pour affronter le monde extérieur ? OK.

Le Parent du Futur connait son rôle :
il va empêcher l’ado d’accéder à toute initiative.

Il lui mâche et remâche tout : choix de ses vêtements, suivi de ses relations, interdiction de sortir, prudence etc…

C’est un peu provocateur… à tester…

Le Jackpot comptabilise les pertes et les gains :

Je t’accompagne volontiers, mais à 19h30, je te fais dîner et hop, au dodo !

Je t’accompagne mais tu me donnes la main pendant tout le trajet ! Pareil, à tester… Il est probable que ces contraintes vont agacer l’ado !

 Le passage secret doit rester mystérieux…

Vous allez choisir sans lui en parler un jeu qui symbolise ce que votre ado doit dépasser.

Par exemple : s’il refuse de sortir seul, jouez à sortir de labyrinthes, à  prendre le train fantôme, à visiter ensemble des quartiers inconnus, à vous déplacer dans l’appartement sans lumière…

La métaphore fera son effet malgré les résistances

 

Attention, une angoisse persistante ne doit pas être prise à la légère…

Si les remèdes simples ne fonctionnent pas, interrogez-vous aussi sur votre propre perception de l’aventure de la vie…

L’attitude de votre ado résonne-t-elle avec votre histoire ?

 Voulez-vous nous faire partager votre expérience ?