S'autoriser à aimer, vous lancer, vivre, quel beau programme ! Rejoignez Jean-luc Hudry, s'autoriser à être heureux, va devenir plus simple pour vous.

Avec les trois articles précédents, vous savez maintenant :

– d’où vient l’incapacité à dire non.

– pourquoi il est important d’exprimer un refus quand nécessaire.

– comment dire non concrètement.

Entraînez-vous en situation :

Ce changement d’attitude est une des étapes vers l’acquisition d’un moral au top, c’est à dire porteur et stimulant.

Parfois, elle permet même de changer de vie.

Pour la route, voici quelques ultimes conseils.

separateur_Autoriser-01

Sur Moralotop, des tas de solutions (pertinentes) aux problèmes privés et professionnels.1) Pratiquez le non… positif.

Si votre refus aboutit à une avancée, un succès, une amélioration quelconque, c’est un non positif.

Vous avez refusé de carboniser votre CB ce mois-ci lors d’une virée shopping avec Katia ?

Bien joué, vous évitez de froisser votre banquier.

Et vous aimerez tellement faire les boutiques avec une CB en meilleure santé.

Ça va faire du bruit chez… Tam Tam !

 

Sur Moralotop, des tas de solutions (pertinentes) aux problèmes privés et professionnels.2) Félicitez-vous d’avoir osé dire non.

Savourez ce bon résultat.

Pas besoin de sabrer le champagne.

Ce ne sont pas les bulles qui comptent mais l’augmentation de votre estime de vous soi.

Et de votre confiance en vous.

Quelle plus belle récompense ?

 

Sur Moralotop, des tas de solutions (pertinentes) aux problèmes privés et professionnels.3) On vous dit non ? Restez zen… et réagissez sainement

Deux attitudes possibles.

  • Pester contre cet empaffé de Bertrand qui dit comprendre votre objection
    mais vous colle quand même le dossier Moulin.

Dans ce cas, vous risquez de percevoir ce refus comme un non à votre personne.

D’où de nouvelles pensées négatives et hautement toxiques :

il ne m’apprécie pas ; il m’en veut ; c’est pour m’emm… ; etc.

Et revoilà Miss cata qui vient vous visiter !

 

  •  Accepter le refus de Bertrand sans y voir d’attaque personnelle mais une possible info qui vous a échappée.

Si vous considérez qu’il se trompe, dites-le lui façon quai d’Orsay. Et orientez-le vers une solution constructive.

Si son objection est fondée, et vous ouvre les yeux… oups… c’est que vous vous étiez mis le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate

Merci Bertrand de me l’avoir fait comprendre
.

Au final, vous avoir dit non vous aura donc servi.

De ces deux attitudes, quelle est la bonne ?  C’est vous qui voyez dirait Laspalès.

 

Et pour conclure ces quatre articles, voici une astuce de vie.

Que j’affectionne particulièrement.

 

Sur Moralotop, des tas de solutions (pertinentes) aux problèmes privés et professionnels.4) Astuce de vie : Comment me dit-on oui quand je dis non.

Je tiens le discours suivant à mes interlocuteurs.

Par principe, je vous dis OUI.

Le plus souvent possible.

Dans un esprit d’ouverture.

Et d’échange mutuellement fructueux.

Si je vous dis NON, c’est que j’ai des raisons de le faire.

Ce refus est un vrai refus : Non, non et non… c’est clair.

Donc inutile d’insister.

Et ça marche !

On me dit oui à ce non. Certes, je me trompe parfois dans mes appréciations.

Mais oser dire non de cette manière a beaucoup plus de poids.

Plus de crédibilité et de valeur.

L’objection passe donc infiniment mieux.

Ce dont, finalement, chacun bénéficie.

Sympa, non ?

Et maintenant

 

 

Laissez votre commentaire et cliquez sur votre réseau favori pour partager l’article. Cela fait progresser tout le monde, merci 🙂

 

Articles précédents :

Savez-vous dire non quand il le faut ?

Dire non, prenez 3 décisions fortes

Comment dire non efficacement ? Passez à l’action

separateur_Autoriser-01

Pour ne rien rater des nouveautés Moralotop,

Inscrivez-vous ici (gratuit) et recevez votre cadeau 🙂