Destresser_Pro

Que faites-vous pour déstresser quand surgit ce fichu blues du dimanche soir ?
Parfois anodin, souvent redoutable, l’important pour déstresser est de le prendre en main efficacement.
Ecoutez – ou lisez – ce qui suit, et goûtez la différence.

Transcription de la vidéo

Déstresser : Le blues du dimanche soir

Dimanche après-midi, 17h, j’en suis malade… j’en suis malade…

Et vos équipes aussi sont souvent malades le dimanche après-midi vers 17h.

Une étude de 2008 montre que le blues du dimanche soir est un vrai phénomène, un vrai problème de management.

La plupart des gens, plus de 50%, disent ressentir autour de 17h le dimanche, une espèce de boule dans le ventre, tout simplement parce que la semaine va recommencer et qu’ils ne vont pas être dans leur élément.

Et là il y a deux attitudes :

Il y a notre ami, le manager classique qui ne « veut pas le savoir », il dit « c’est la vie… vous êtes là… et on y va ».

Et puis il y a le manager avisé qui va un peu plus loin, qui sait gérer une équipe et se pose les bonnes questions : « si mes équipes ont le blues du dimanche soir qu’est-ce que je peux faire ? Et est-ce que chaque personne est placée au bon endroit ? Est-ce que ses forces et ses talents sont correctement valorisés dans son job ? »

Si oui, il est évident que la personne ira mieux et qu’elle n’aura plus besoin du masque.

Se posant cette question il va forcément tomber sur une véritable pépite : il y a des talents qui dorment, qui sommeillent, qui ne demandent qu’à être réveillés et d’autres talents qui pourraient être mieux utilisés ailleurs que là où ils sont utilisés actuellement.

Suivez ce conseil, cette recommandation qui fonctionne pour déstresser et vous verrez l’efficacité individuelle et collective et le succès de votre entreprise jaillir littéralement.

Je vous souhaite une très belle semaine pleine de Peps, d’énergie, d’envie, d’entrain, de résultats, de plaisir aussi, et rendez-vous bien évidemment lundi prochain pour une nouvelle « Solution du Lundi ». Pour n’en rater aucune, abonnez-vous.

Qu’en pensez-vous ? J’ai hâte de lire vos commentaires.