Actu

 

Vous êtes de droite, de gauche ou d’ailleurs.
La politique vous passionne ou vous donne des boutons.

Vous me lisez de la Tranche-sur-Mer ou de Ouagadougou.

Ce billet vous concerne donc au premier chef.
Quoiii… ce spectacle lamentable, cette UMP… taudière me concerne ?

Parfaitement, d’où son titre :

Crise à l’UMP : merci !

En effet, cette crise est riche de multiples enseignements et vous construire un moral au top passe aussi par l’observation constructive des choses, des situations et des gens.

Cette crise à l’UMP en est un bon exemple.
Que je traite, bien entendu, sans aucun parti pris.

Alors qu’entend-on aujourd’hui ?

Crise à l’UMP… minable, pitoyable, grotesque, affligeant, etc.

Tout le monde s’y met.
Les militants, les français, les journalistes, même les protagonistes usent de ces mots fleuris.

Tous les répètent en boucle, ils font du « Copé coller ».

 

Or, dans ce concert de lamentations, qui propose des solutions ?

Moralotop_probleme2Qui délaisse le commentaire facile pour une solution qui l’est moins ?

Pas des Y’a qu’à, des Faut qu’on ou des Moi, à leur place je… mais de vraies solutions.
Construites, argumentées, réfléchies, opérationnelles.

Ceux qui le font pourraient se réunir dans une cabine téléphonique.

Il est tellement plus facile de décrire la situation scandaleuse, pathétique… bla bla bla… que d’apporter une piste de sortie de crise.

Le responsable ?

Cette culture inculquée depuis l’âge biberon, que j’appelle « moral à plat », qui pousse à raisonner constamment en termes de problèmes, à ne voir qu’eux et non les solutions qu’ils contiennent pourtant.

C’est pourquoi je le maintiens :

Crise à l’UMP : merci !

Merci de montrer l’ardente nécessité d’inverser ce process.

Chers lecteurs,  je vous propose de faire de cette épisode un élément de mieux vivre dans votre vie personnelle et professionnelle.

Retenez donc les points suivants.

 

solutions1) Raisonnez Solution et non Problème.

Faites-en un réflexe systématique.

 

 

solutions2) Le conflit fait partie de la vie !

Ne le cherchez pas pour le plaisir, naturellement, et évitez-le autant que possible.
Mais s’il est là, vivez-le sereinement.

Pouvoir, argent, sexe, font tourner le monde… et la tête des hommes (au sens large, chères lectrices), ils alimentent les conflits,  doit-on s’en offusquer ?
Chacun appréciera.

Quoi qu’il en soit , cette crise de l’UMP rappelle que le conflit est inhérent aux comportements humains.

Quelques exemples :

  • Renaud convoite le poste de sa chère amie, Mégane.
    En vieux routier, il met des bâtons dans les roues de Mégane.
    Qui freine autant qu’elle peut la progression de son cher ami Renaud.
    Et elle freine bien la Mégane…
  • Pour sortir du pétrin le boulanger empêche son concurrent de faire un chiffre d’affaires…  croissant.
    Normal, chacun ne pense qu’à faire son beurre…
  • Valérie (Trierweiler) poste un tweet royal… que Royal (Ségolène) dénonce auprès de François.
    Ambiance chez les Miss…

Dois-je poursuivre les exemples de crises,
de la crise de stress à la crise de rire ?

 

solutions 3) Qui dit conflit dit négociation.

La vie est faite de cycles.
Le conflit et la négociation aussi.
Pourquoi s’étonner du moindre rebondissement ?

Ils font partie du jeu.
Et interviennent dans des phases précises, spontanées ou non.

On s’enferme dans un bureau, on claque les portes, on montre les muscles, on prend l’opinion à témoin, bref, on met la pression… seule manière de gonfler l’adversaire.

Ne l’avez-vous pas fait dans votre conflit avec Roux et Combaluzier ?
C’est pareil dans la crise à l’UMP.

Au final, rien de nouveau sous le soleil, gestion de crise, communication de crise, tout cela fait partie du jeu.

Le rebondissement, le coup de théâtre, un pas en avant, deux pas en arrière font partie du conflit.
Et de ses enjeux.

Et dans la crise en cours ce n’est pas tant la lutte de pouvoir qui dérange l’opinion, que le défaut d’exemplarité qui en résulte.
Phénomène accru par une médiatisation sans précédent.

 

solutions4) Une crise fait naître changement et opportunités.

Tout comme les problèmes.
Il en sort donc souvent du bon.

 

solutions5) Abstenez-vous de tout jugement hâtif et définitif.

Il est bien rare de tout connaître d’une situation… y compris le dessous des cartes.

 

solutions
6) Ne prenez-pas les évènements trop à cœur.

Que seront-ils devenus dans 1 an ou 5 ans ?

Leur poids sera probablement bien moindre que celui que vous leur accordez aujourd’hui alors…

 

solutions7) Votre seul véritable objectif : être heureux.

Objectif ultime de tout être humain.
Vos activités ne visent qu’à l’atteindre.
Les hommes et femmes politiques sont comme vous  !

 

solutions

8)   L’homme ordinaire négocie pour lui.
L’homme sage négocie pour les deux parties.

A vous rappeler  dans toute crise ou négociation, cela change tout !

 

Enfin, pour finir :

solutions9) Filtrez l’info !

Vous ne vivez pas en Corée du Nord, , l’information circule, tant mieux.

Prenez-la avec détachement et consommez-la avec modération.

Exemple :

Voici ma récente expérience sur les chaînes d’info en continu, qui relaient non-stop, l’actualité.

Muni de ma télécommande dernier modèle, je zappe aussi vite que Lucky Luke.
Le but : Ne rien perdre de cette crise à l’UMP, capter l’info, forcément passionnante puisque permanente et diffusée en boucle !

Ainsi je découvre ce que Copé a fait de ce qu’a dit Juppé, puisque Fillon dit que s’il fait ce qu’il fait c’est parce que, comme l’avait dit Chatel avant qu’Estrosi ne lui dise son point de vue, et Juppé avant qu’il ne fasse ce qu’il avait dit qu’il ne ferait que si Copé et Fillon suivaient le même point de vue, Pécresse serait revenue sur la décision annoncée et sur le désaccord avec Tabarot avant de dire ses quatre vérités à Karoutchi.

C’est pourquoi Douillet fait banquette avant de faire ceinture… (noire) bien sûr.

Vous le voyez, c’est grâce aux chaînes d’info que j’ai compris le conflit qui nous tient en haleine et vous la résume aussi… clairement.

Merci donc à BLI TV  (contraction de BFM, LCI et iTELE), (nouvelle chaîne version Moralotop).

 

A propos :

L’autre jour, rendez-vous crucial entre les protagonistes de la crise à l’UMP.

Dans les studio de BLI TV, deux journalistes, Brice et Sylviane.
Au siège de l’UMP, le reporter de BLI TV : Julien.

Devant la télé : moi.

Studio BLI TV : Alors Julien, au siège de l’UMP, où en sommes-nous de ce fameux rendez-vous entre les 3 hommes ?

Le reporter : Eh bien, Brice, vous voyez ce couloir. (Gros plan sur le couloir que je dévore des yeux)

Studio BLI  TV: Oui, Julien nous le voyons ce couloir, c’est là que les trois hommes vont se rencontrer ?

Le reporter : Pas précisément, Brice, car au bout du couloir il y a

Devant mon écran, je tends l’oreille : Il y a qui ?  Juppé, Fillon, Copé… ça y est, ils se parlent ?

Reporter : Eh oui, comme je vous le disais, Brice et Sylviane, au bout de ce couloir il y a une… porte.

 

(Gros plan sur la porte que je dévore des yeux).

Studio BLI TV : Intéressant cet élément nouveau Julien. Nous voyons la porte, c’est donc là que les trois hommes vont s’expliquer ?

Le reporter : Non non, n’allons pas trop vite en besogne.
Je vous en dirai plus dès que de nouvelles infos me parviennent.

L’écran pub interrompt le suspense.
Devant ma télé, je suis comme un lapin dans les phares d’une voiture : scotché à BLI TV.

Mon seul but : revoir cette porte au plus vite.
Fin de l’écran pub.

 

Studio BLI TV : Ce rendez-vous est celui de la dernière chance et nous avons vécu en direct le dernier rebondissement.

Julien : Derrière le couloir il y a donc cette fameuse porte.  (Gros plan de la porte, que je dévore à nouveau des yeux)

Le reporter : Absolument, Brice, n’ayons pas peur des mots, c’est même une jolie porte.

Une porte qui détient la clé.

 

Studio BLI TV : Ça veut dire que les trois hommes vont se rencontrer derrière cette porte, dans les minutes qui viennent ?

Julien : Tout à fait Sylviane, d’une minute à l’autre.

Comme je vous le dis depuis…  trois heures !

 

Studio BLI TV : Merci Julien pour toutes ces précisions.

Et maintenant reprenons le débat entre Madame GOR… pardon… je vous coupe Sylviane… place au direct… BLI TV au cœur de l’info… en direct du siège de l’UMP… c’est à vous Julien.

Julien : Ouiiiii… dans la bousculade… allo… oui… c’est… c’est la cohue ici… pardonnez-moi… je… je demande à un confrère d’ôter son micro de mon nez… aïe… donc… je vous le disais, du nouveau ici.

Studio BLI TV : On sent la tension Julien, donc c’est maintenant la réunion tant attendue ?

Julien : Absolument Brice, car derrière cette porte dont je vous parlais, nous avons vu… pardon… bling… crriiisccciii craacccc… quelle bousculade ici… spongghhh… excusez-moi Madame, non c’est mon bras ça… je le récupère mon bras… craacccc… donc… ici chacun a vu un…

 

Devant ma TV,  je n’en peux plus.
Tant d’infos sur le fond des choses, des heures d’antenne et d’investigations… respect.

En haleine, je repousse une envie urgente pour rester devant ma chère BLI TV
et en apprendre toujours plus sur cette ébouriffante crise à l’UMP.

 

Être au cœur de l’info, le jour J à l’heure H, quel privilège.

Surtout que c’est bien la première fois qu’une porte se transforme en clé.
Ça vaut le coup d’être vécu quand même…

Le reporter : Ouiii… je vous le confirme, un rebondissement ici car, cette fois, c’est certain, nous l’avons vu…

Studio BLI TV : Alain Juppé ?

Le reporter : Non.
L’ascenseur.

Oui, il s’agit bien d’un ascenseur… de couleur grise.
Précision : il se situe à environ 8 mètres de la porte dont je vous parlais tout à l’heure.

Studio BLI TV : (Gros plan de l’ascenseur que je dévore des yeux)

Ah… c’est donc dans l’ascenseur qu’aura lieu la rencontre Julien ?
Bel endroit pour prendre de la hauteur hi hi hi .

Le reporter : Inaudible vu le brouhaha…

Studio BLI TV : Julien, vos conditions de travail ne sont pas faciles mais pouvez-vous vous approcher de cet ascenseur ?

Julien : Bling… craacccc… j’essaye Brice, mais ce n’est pas évident bling… crriiisccciii pardon Monsieur, s’il vous plaît, BLI TV… non c’est mon imper ça… je le garde mon imper… crriiisccciii craacccc… quelle cohue…

Studio BLI TV : Ça va Julien ?

Le reporter : Oui, bling… craacccc j’appriche de l’abancheur Friche, euh pardon… j’approche de l’ascenseur Brice.
Voilà, j’y suis.

 

Studio BLI TV : Bravo Julien.

Une dépêche nous apprend qu’il aurait été utilisé par un homme ce qui expliquerait le mouvement de foule… avez-vous cette info ?

Julien : criiccc… je ne vous entends pas très bien Sylviane… crraaaacc… voilà 3 heures 30 que les évènements décisifs se succèdent.

En effet , c’est bien un homme qui a emprunté cet ascenseur de couleur grise.

Studio BLI TV :  L’homme est de couleur grise ?

Julien :  Non, pas l’homme , l’ascenseur qui a emmené cet homme...

Studio BLI TV : Un des trois protagonistes évidemment ?

Julien : Plus exactement, Brice, il s’agit de Monsieur Hernandez.
Le gardien de l’immeuble depuis 1986.

Voilà tout ce que je peux vous dire Brice et Sylviane.
Ici la tension est légèrement retombée.

Studio BLI TV : Merci Julien pour toutes ces informations capitales, en effet.

Écran Pub : A tout de suite sur BLI TV la chaîne qui traite « à fond l’info ».

A cet instant…

Devant ma TV me revient en mémoire un titre de film de Jacques Besnard :

C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule.

Allez savoir pourquoi…

 J’arrête là pour aujourd’hui.

J’ai tellement d’autres choses à dire, notamment sur la notion d’exemplarité.

Car, plus que le conflit lui-même, c’est l’image donnée et l’absence d’exemplarité qui choquent nos concitoyens, tous bords confondus.

 

Mais, au fond, tout cela est humain.

Terriblement humain., heureusement humain.

Décidément,
merci à la crise à l’UMP
de nous enseigner tout ça !

Cet article vous plaît ? Faites-le vivre sur Facebook / Twitter/ Google+ et autres, merci.

Pour recevoir les nouveautés par mail, cochez la case « Recevoir les nouveautés » située sous l’espace « Commentaire » un peu plus bas.

 Conférences, Livres, Ateliers : retrouvez-moi ici