article_inviteLes adolescents et leurs problèmes…

On associe si souvent ces deux mots – adolescence et problèmes – qu’il semble que les parent soient systématiquement impuissants et ne puissent rien faire d’autre que de « constater les dégâts ».

Rien n’est plus faux.

D’abord car une majorité d’adolescents vivent très bien cette période.

Ensuite car les parents ne sont pas démunis : il leur suffit d’adopter la bonne attitude.

Anne Stepourenko le montre dans une nouvelle série d’articles sur Moralotop.

Marc et Sophie, c’est à vous…

separateur-invite-01

 

Adolescents : Ma fille  me parle mal !

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc Hudry

Julia répond avec insolence.

 

Marc et Sophie viennent à peine de stabiliser les effets houleux produits par les réseaux, et voici que se présente un autre obstacle.

Julia, si douce d’habitude, si docile, se met à répondre avec une audace inconnue, voire insolente !

Ah non ! Pas question de se laisser marcher sur les pieds par une gamine de 14 ans !

 

  • Premier réflexe : cette attitude est inadmissible.

Si vous êtes dans le même cas que Marc et Sophie, vous avez raison de trouver ce comportement insupportable. Vous avez appris à votre adolescent les règles de la politesse. Maintenant qu’il a grandi, il n’en fait qu’à sa tête. Il faudrait trouver un moyen de le ramener à la maîtrise de soi.

Julia a le droit d’être stressée par ses études, de se disputer avec ses copines, de ronchonner contre la Terre entière, mais elle pourrait choisir sa cible pour se défouler !

 

  • Deuxième réflexe : que s’est-il passé ?

Tout de même, ce changement si brutal doit avoir une explication. Marc et Sophie se posent des questions, bien entendu, mais il feraient mieux de les poser … à Julia !

La discussion mène toujours quelque part. S’intéresser à un ado, même s’il réagit en vous repoussant ou en vous affirmant qu’il saura se débrouiller, lui démontre concrètement que vous êtes toujours présent.

Au cours de cette période de troubles et de remous qu’est l’adolescence, un repère fixe a du bon ! Dans le film « La Boum » qui ne se démode pas, le papa se demande pourquoi Vic se met en colère et claque la porte…

Il dit : « Mais qu’est-ce qu’elle a ? » La maman répond : « … 14 ans ! »

 

  • Troisième réflexe : ne vous précipitez pas.

Cette recommandation arrive en troisième place parce qu’il vous faudra un temps pour résister à la riposte immédiate. En répondant à vos adolescents du tac au tac, vous risquez d’enclencher une escalade émotionnelle difficile à maîtriser.

Les gifles pointent leur nez, vos mains vous démangent !! Et l’ado ne va pas se laisser faire non plus… Mais où Julia a-t-elle appris tout cela ? Ohlala, la télé, les films, les magazines… les supports ne manquent pas !

A l’âge où l‘ado se cherche une identité, copier celle des autres lui semble confortable et facile. Il est donc tout naturel qu’il s’identifie… mais pas à vous !

Article invité Moralotop

Afin de vous aider à y voir plus clair et à aborder la situation sereinement, voici quelques suggestions.

Bien entendu, vous pouvez inventer vos propres réactions, selon les circonstances, mais gardez bien en tête de vous protéger de tout débordement et de conserver un certain recul par rapport à ce qui se passe et ce qui se profère.

Un ado en colère dit parfois n’importe quoi !

 

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HUDRY

1)  Déjà, arrêtez-le tout de suite

Un « stop ! » ou un « non » évite une conversation qui risque de déraper. Faites l’impasse sur le déploiement de vos bons principes tout préparés qu’il n’écoutera probablement pas. Concentrez-vous sur votre bon droit, sur ce que vous lui avez appris justement et surtout, ne vous justifiez pas.

 

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HUDRY

2) Dites ce que vous voulez

Une personne sûre d’elle n’hésite pas.

Alors, annoncez ce que vous voulez ou ce que vous ne voulez pas simplement, sur un ton ferme sans avoir besoin de crier.

Soyez certains que cette attitude va créer de la résistance. Julia se rebiffe et crie de plus belle. Pas de panique ! Comme la tempête ne parvient pas à démolir la maison, ses vociférations n’atteignent pas davantage ses parents. Si Marc se pose devant Julia et ne prononce qu’un mot : « Stop ! » elle va comprendre tout de suite qu’elle a atteint une limite et c’est cela qui va l’aider à se construire.
Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HUDRY

3) Marquez un temps d’arrêt, créez la surprise.

Dans le cours de la conversation, un mot en a entraîné un autre… Oups ! Sans cesser de la regarder, Sophie, a fait « non » de la tête.

Elle y a associé une petite mimique ? 80% de nos messages se traduisent par des comportements non-verbaux. Cette réaction économise votre énergie et empêche d’entamer une joute verbale : une bonne opportunité pour votre ado de changer peu à peu sa manière de vous parler !

Entraînez-vous à limiter le nombre de mots que vous prononcez en utilisant le non-verbal !

 

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HUDRY

4) Utilisez l’humour !

Faites-le au début de l’échange, sans attendre que le ton monte trop. Non seulement une plaisanterie peut détendre l’atmosphère, mais elle constitue un bon moyen de vous distinguer : à chacun sa génération !

Rire ou faire rire éloigne les réflexes de colère et aide à prendre du recul. Le système nerveux ne peut tout simplement pas être en colère et joyeux en même temps.

 

Un problème ? Des solutions sur Moralotop par Jean-Luc HUDRY

5) Reformulez :

“Tu as entendu ce que tu viens de me dire ?” (attention, ne lui demandez pas de répéter ce qu’il vient de vous dire !!) ou bien : “J’attends que tu corriges ta phrase, merci.”

Rappelez-lui qu’il s’adresse à vous, qui n’êtes ni un copain, ni un avatar de jeu vidéo ! Bon, c’est un retour brusque vers la réalité, mais cela lui donne la responsabilité de ses actes et de ses paroles.

Dites que vous admettez son humeur, mais que cela ne doit pas lui faire oublier le respect. Qu’il détourne donc sa colère sur des objets inanimés…
Tenez bon quoi qu’il arrive, les mots ne sont que des représentations des choses qu’ils expriment : le mot chaise n’est pas une chaise… Ils expriment aussi peut-être des craintes, des doutes…

Soyez présent pour que votre ado reprenne confiance en lui.
Restez zen !

 

Et maintenant
Comme toujours, laissez passer un peu de temps…

Les changements ne se produisent pas du jour au lendemain. Marc et Sophie vont s’entraîner ! Ils vont se concentrer sur leurs questions et tenter de trouver les bonnes réponses pour eux et leur « adolescent qui leur parle mal« .

A propos de questions, peut-être vous posez-vous les mêmes ?

– Pourvu qu’il ne fasse pas la même chose avec les autres !
– Ne va-t-il pas croire que tout lui est permis ?
– Et s’il ne respectait plus rien ?

Connaissez-vous des ados qui parlent mal à leurs parents ?

Quelle est votre réaction ?

Faites-nous partager votre ressenti.

Merci de partager cet article sur vos réseaux  préférés (ci-dessous)