article_invite

Comment mieux montrer le talent des autres qu’en leur donnant la parole ?

C’est décidé, Moralotop 2 mettra régulièrement le projecteur sur vos divers talents, et sous diverses formes, préparez-vous !

En attendant Anne Stepourenko nous revient avec sa patte.

Et même sa griffe : un régal.

PS : Merci de répondre à une nouvelle question : Que faites vous pour déstresser ? (colonne droite du blog :  3 réponses possibles)

Et maintenant je vous laisse déguster ce nouvel article.

Mon ado ne veut pas grandir…

Sophie est inquiète…

Bon, vous la connaissez, elle s’alarme pour un rien, mais là, tout de même, le problème qui se présente, elle n’y avait jamais pensé : Julia, sa Julia de 13 ans, ne veut pas grandir !

Comment est-ce apparu ?

Sa croissance s’est-elle subitement arrêtée ?

Veut-elle continuer à se nourrir de compotes ?

Non bien sûr…

 

Comment cette enfant si bien protégée, informée de tout, ouverte d’esprit, sensible et raisonnable, comment peut-elle craindre un danger ?

Pourtant Marc et Sophie sont là, rien à craindre !

Voyons un peu : c’est la rentrée, Julia est passée en 5ème !

Cette année, comme elle a choisi une option sport, elle doit se rendre au gymnase, situé à quelques stations de métro de la maison.

Les cours commencent début octobre. C’est la fête… en principe…

Et alors, me direz-vous ?

Est-ce la raison pour laquelle elle refuse de grandir ?

Oui… et non ! Julia est heureuse de retrouver ses amis, elle partage ses souvenirs de vacances comme tous les ans à la rentrée…

Mais elle a remarqué un changement aussi.

D’autres élèves forment des bandes, ils chahutent, bousculent les filles…

 

Et puis, à la fin des cours, certains se réunissent pour se détendre… ils fument en plaisantant… ils font circuler des canettes de bière… comme les grands et comble de tout, ils entraînent ses propres copines !

Oh, certes, rien de bien méchant, mais Julia est mal à l’aise, elle ne se mêle pas à eux.

Ce monde étrange n’est pas le sien. Alors elle a demandé à Sophie de l’accompagner le matin.

Trop contente, Sophie, de pouvoir profiter un peu plus de sa douce Julia, de son bébé…

 

Une fois, deux fois… heu…

– « Julia, j’attends le plombier ce matin, je ne peux pas t’accompagner !

– Mais tu peux pas décaler le rendez-vous ?

– Non, tu sais bien comme c’est difficile d’en obtenir un… Mais c’est pas grave, tu vas y aller seule, comme la semaine dernière.

– Non, pas question ! Et en plus, il faut que je prenne le métro, tu te rends pas compte !

– …

C’est incroyable que tu me laisses tomber comme ça (elle est au bord des larmes, ce qui ramollit tout de suite Sophie !)

Mais attends, calme-toi, papa va t’accompagner mon bébé… Maaarc ! Tu veux bien accompagner Julia au lycée ? » (le danger est passé)

 

Marc aussi, est fier d’être sollicité ! Un papa, avec sa fille si jolie, si fragile…

En chemin, ils papotent…

A force de pourquoi et de comment, de circonvolutions de questions et de réponses, le pot aux roses se dessine : Julia ne veut pas grandir.

 

Consternation parentale et malaise familial.

Elle a peur.

De quoi ? De tout : des autres ados, de leurs manières, des groupes qu’ils forment, des rituels qu’ils installent… et du même coup, allez hop !

Elle a peur des gens en général : de ceux qui pourraient lui adresser la parole, des inconnus, des hommes dans le métro, des femmes pressées, des couloirs interminables, des sous-sols, des profs, des élèves…

Assez !

Tout se mêle dans la tête de Julia. Elle repense aux recommandations mille fois répétées de Sophie, aux explications de Marc sur les dangers du monde extérieur…

Et puis elle a vu ce film où une fillette… non, ne pas penser à ça… surtout pas… et ces enfants kidnappés et enfermés dans des caves humides… ne pas penser à ça non plus…

La seule solution, mais oui, c’est une idée de génie : il suffit de rester petit !

Voilà, Julia veut rester pour toujours le bébé de maman et de papa, leur petite Julia, si raisonnable, si docile…

 

Voilà pourquoi Sophie est inquiète, c’est pas normal, ça !

Que faire ?

– Redoubler d’attentions ? Facile mais pas très innovant…

– Protéger de plus en plus ? On sent bien que ce n’est pas la bonne solution…

– Obliger coûte que coûte ? Au supplice et à la question… non…

– Marchander ? Oups, prises de tête assurée…

 

Elle cherche (et Marc avec elle) où ils ont bien pu louper une marche ? Ils sont tellement fiers que leur fille ait grandi justement !

 

Un petit tri s’impose entre :

– peur des lieux : à inspecter tout seul… Brrr

– peur des gens : trop nombreux et d’un seul coup… re Brrr

– peur des comportements : je sais pas faire… je veux pas faire… BRRR

 

Rien de plus naturel que ce recul (ouf, Julia est normale !).

Mais oui, notre cerveau avisé a tout prévu :
le cerveau reptilien assure la sécurité,
le cerveau limbique assure le relationnel
et le néocortex permet l’action.

Si le premier étage n’est pas ok, on ne passe pas au 2ème, etc.

Allez, on y va donc par étapes, sur le chemin pour grandir.

Sophie, Marc, vous êtes prêts ?

Mais avant de leur proposer des idées,
qu’en pensez-vous ?

Quels conseils donneriez-vous à ces deux parents démunis ?


Qu’avez-vous fait, vous, pour accepter de grandir ?

  Vous avez aimé, dites-le sur les réseaux, merci pour Anne !